création

SOE

Section F du SOE Réseau Prosper Jacques Weil Sonia réseau Interallié Réseau Carte Biblio Liens

 

 Sonia Olschanezky


Retour accueil Juggler

 

1923-1940 Fastes et déclin du père de Sonia.

Juifs étrangers dans la France occupée 1940-42

 

Sonia Olschanezky dans le réseau Robin (Juggler)

L'arrestation de Sonia

Natzweiler

Haut de page

1923-1940 Fastes et déclin du père de Sonia.

            Les origines et l'histoire de la famille de Sonia Olschanezky ont été rapportées dans le livre d'Elizabeth Nicholas et dans celui de Rita Kramer. La première avait surtout interrogé la mère de Sonia, alors que la seconde avait recueilli le témoignage de son frère Serge. Ce dernier, qui m'avait fait connaître les deux bouquins ne m'a pas fait part de réserves sur les travaux des deux journalistes.

Eli, le père de Sonia était né à Odessa. Il avait rencontré Helen, la mère de Sonia, en Allemagne où il faisait des études d'ingénieur chimiste. Les deux jeunes gens se fiancèrent le 1er Août 1914, le jour où l'Allemagne déclarait la guerre à la Russie, et Eli ne put trouver de travail de chimiste en Allemagne, Il devint représentant de commerce dans le secteur des bas pour dames.

            Mariés en 1916, établis à Chemnitz, Eli et Helen eurent 3 enfants: Enoch (1917), Tobias (1919) et Sonia (1923). Tobias prit le nom de Serge au cours de la seconde guerre mondiale. Eli devint directeur général de la société de bonnetterie qui l'employait et put faire vivre sa famille sur un grand pied: Chauffeur, cuisinier, gouvernante, grandes fêtes, séjour en villes d'eaux...

Par la suite, bien qu'elle suivit assidûment ses cours de danse, Sonia révéla un certain tempérament de garçon manqué par ses pour les petits soldats et pour le bricolage. Les Olschanezky donnaient à leurs enfants une éducation que l'on pourrait qualifier de laïque et altruistes. Non religieux, ils ne mangeaient pas casher et n'observaient pas non plus le Sabbat, mais célébraient quand même les principales fêtes juives

            La période Chemnitz, fastueuse et insouciante prif fin en 1926. Eli avait été invité à mettre sur pied une usine de bas de soie en Roumanie. Au lieu d'y faire fortune, il se fit escroquer par les Roumains et perdit tout ce qu'il avait investi et même davantage. Néanmoins, arrivés à Paris en 1930, les Olschanezky n'étaient pas encore complètement ruinés:  Les 2 garçons, alors agés de 13 et 11 ans furent inscrits à la très bourgeoise Ecole Alsacienne, près du jardin du Luxembourg. Eli trouva un associé pour monter une boutique de lingerie. Cet associé profita de ses déplacements professionels en Allemagne pour le duper et le plumer. Cette dernière mésaventure le laissa malade, démoralisé et définitivement abattu.

             L'heure de l'austérité avait sonné pour la famille Olschanezky qui dut déménager vers un quartier plus modeste. Helen ne se plaignait pas mais vendait ses bijoux. A quinze ans, Tobias quitta l'école et se mit à la recherche d'un emploi dans l'hôtellerie, dans le quartier des Champs-Elysés. L'hôtellier qui lui donna sa chance engagea également son frère Enoch.

            Quant à Sonia, elle était la meilleure élève de la famille, mais en marge de ses études, elle avait commencé dés l'age de 10 ans une carrière de danseuse quasi-professionnelle. Elle était douée et avait été remarquée par le directeur d'un théatre d'enfant. En 1937, on la vit apparaitre sur l'écran de télévision en démonstration à l'exposition universelle. Son nom de scène était Sonia Olys. Les séances de photos publicitaires lui procurait de petits revenus. Elle s'y produisait en tutu vaporeux ou en robe du soir, ou encore en danseuse de claquettes avec pantalon et baguette, tous ses costumes étaient confectionnés par sa mère.

             Alors que les années 30 tiraient sur leur fin, il était clair pour tout le monde en Europe, et pour les juifs, plus que tout le monde, que le pire restait à venir. La guerre semblait imminente, mais aucun des Olschanezky n'avait la nationalité française. Eli Olschanezky avait perdu sa nationalité russe en 1927, date limite décrétée par les Soviétiques pour le retour des réfugiés. Ils avaient le statut de réfugiés protégés par la France, mais n'avaient pas, à proprement parler de nationalité précise. La solution semblait être le service militaire: Enoch s'engagea dans l'armée en 1938, et Tobias en fit autant en 1939.

 

Haut de page

Juifs étrangers dans la France occupée 1940-42

            La guerre éclata, et, comme on sait, après cette période d'attente que l'on appelle la "drôle de guerre", les Allemands déferlèrent sur la France. Enoch avait été fait prisonnier en Belgique en Mai 1940 et envoyé en Allemagne. Tobias fut pris un mois plus tard et dirigé sur un camp de prisonniers de guerre, le Stalag 51. Quant à Sonia, elle fut heureuse de trouver un emploi comme fille au pair. Non seulement les Olschanezky étaient juifs, mais de la pire espèce qui soient, les juifs étrangers.

            En zone occupée, les juifs durent se faire recenser dés septembre 40 et les rafles de juifs étrangers commencèrent en mai 1941, mais ne furent généralisées qu'après la décision allemande d'appliquer la solution finale, début 42, décision qui se traduisit d'abord par l'obligation de porter l'étoile jaune en Mai 42. Ne parlons même pas des lois d'aryanisation économique, qui ne touchaient pas trop le pauvre Eli, déjà ruiné.

            En Juin 42, la police française vint arrêter Eli et Sonia. Eli avait décédé en Avril. Le statut légal de Sonia avait été celui de "protégée française", mais cette protection tombait à présent. Le statut de sa mère qui figurait encore sur ses papiers étant celui de "protégée roumaine", elle n'était pas concernée par cette même rafle. Sonia seule fut prise, pour être internée au camp de Drancy.

                        Quand Sonia arriva à Drancy, la durée moyenne du séjour était de trois à quatre semaines avant la déportation. Sonia parvint à rester plus longtemps en se portant volontaire pour s'occuper des enfants qui avaient été séparés de leurs parents. Pendant ce temps, sa mère faisait des efforts désespérés pour trouver un moyen de la sauver. Helen Olschanezky contacta des cousins qu'elle avait dans le milieu de la fourrure. Bien qu'ils fussent juifs, on les avait laissés en paix jusque là, parce que produisant des manteaux de fourrure utilisés par la Wehrmacht sur le front Russe, ils étaient considérés comme économiquement utiles. Par leur truchement, un fonctionnaire germano-alsacien fut persuadé d'établir, pour une modique somme, les papiers attestant que Sonia était une "Wirtschaftswertvolle Jüdin", une juive avec une compétence professionnelle précieuse, employée pour les Allemands dans l'industrie de la fourrure. Une fois le certificat établi, Sonia fut libérée, une des rares à sortir de Drancy par une autre issue que celle qui conduisait directement à la mort. Elle avait dix-huit ans, elle aurait deux ans de plus à vivre.

            D'après son frère Serge (Tobias), elle dit à sa mère qu'elle devait "faire quelque chose pour nous défendre . Les autres ne veulent pas le faire pour nous. Nous devons le faire pour nous-mêmes". C'est alors qu'elle rencontra Jacques Weil par l'intermédiaire d'une famille chez qui elle avait travaillé.

 

Haut de page

 

Sonia Olschanezky dans le réseau robin (juggler)

            Comme cela est expliqué dans la partie consacrée à Jacques Weil, la date exacte du contact entre Sonia et Weil est peut-être antérieure  à Juin 42. C'est une divergence entre le récit que Weil fit à Wighton et celui que la famille Olschanezky fit à Rita Kramer.

D'après Rita Kramer qui recueillit le témoignage de Serge-Tobias Olschanezky, en automne 42, après que Sonia ait été relâchée de Drancy, elle se rendit avec sa mère à Annecy pour rendre visite à Enoch qui, comme son frère, s'était évadé de son stalag en Allemagne. Sonia réussit à le convaincre qu'il serait plus utile à Paris. Il retourna donc à la capitale où il trouva un emploi de barman dans un cabaret près de l'Opéra, tout en travaillant pour le réseau juggler. Tous les membres de la famille vivaient maintenant à une adresse séparée pour ne pas risquer de se compromettre mutuellement. Comme Suzanne Ouvrard, Sonia vivait dans le 9eme arrondissement, et Enoch avait pris une chambre dans un autre arrondissement sous le nom d'emprunt de Robert Ouvrard. Serge n'a jamais su quelles avaient été leurs adresses précises. Leur mère, qui s'occupait des enfants d'une famille française dans la banlieue parisienne, servait de boîte aux lettres.

D'après Charles Wighton, C'est Enoch qui faisait déjà partie du réseau robin qui présenta sa sœur à Weil avant la fin de l'année 42.            D'après son biographe, Weil aurait eu le coup de foudre pour Sonia dés leur première rencontre. Quels étaient les sentiments de Sonia pour Weil ? Elle était attirée à la fois par l'homme d'affaires et par l'homme mûr, écrit Rita Kramer qui ajoute également, pour expliquer l'entrée de Sonia dans le réseau Weil, qu'elle était impatiente de prendre part à la résistance clandestine. Elle a probablement voyagé régulièrement entre les sommets d'un triangle constitué par Paris, Saint-Quentin, vers le Nord et Châlons-sur-Marne, vers l'Est. D'abord agent de liaison dans le réseau, elle assuma de plus en plus des tâches organisationnelles et des responsabilités administratives. Weil laisse entendre qu'après le départ de Worms pour le midi, c'est Sonia qui le seconda. Après le départ de Weil pour la Suisse, elle dirigea, de fait ce qui restait du réseau. "Forte, discrète, intelligente,  ne connaissant pas la peur" sont les mots qui viennent à la bouche de Jacques Weil en 1958 losqu'il est contacté par la journaliste anglaise Elisabeth Nicholas.

            Au cours de l'hiver 1943, le réseau robin fut investi dans des formes de résistance plus actives et participa à des actions de sabotage en liaison avec le réseau prosper, dans la perspective d'un débarquement prévu pour l'été. L'ouverture longtemps attendue d'un second front était en tous cas espérée au plus tard pour l'automne, un espoir nourri tant par l'intensification des parachutages d'armes que par certaines insinuations émanant de Londres. Le sabotage fut intensifié également au cours du printemps. Une fois, Sonia prit part au dynamitage d'un train de munitions à Melun, sur le Seine, au Sud de Paris.

            Persuadé que le réseau prosper prenait l'eau de toutes part, Jacques Weil décida de gagner la Suisse. Sonia décida de ne pas le suivre et de rester en France, probablement pour continuer à subvenir aux besoins de sa mère. A partir de l'automne 43, laissée seule parmi les ruines de l'organisation, Sonia utilisait maintenant Guy Bieler comme contact avec Londres. Guy Bieler et Yolande Beekman furent arrêtés à la mi-janvier 44, juste après l'exécution d'un sabotage sur le canal de Saint-Quentin, au cœur du système de transport de la région industrielle du Nord dont les usines fournissaient aux Allemands des sous-ensembles pour les blindés, l'artillerie et l'aviation.. Le SD semble avoir été bien informé de leurs projets. C'est facile de dire pourquoi. Guy et son opérateur radio avaient conservé des horaires de transmission tout à fait réguliers, émettant depuis le même lieu, des mois durant, en dépit de tout ce qu'on avait pu lui apprendre pendant sa formation et, il faut bien le dire, en dépit du plus élémentaire bon sens. Dés lors que les très efficaces systèmes de détection avaient permis aux Allemands de les localiser, le réseau musician était perdu. Au printemps 44, de nouveaux agents écumèrent les Flandres et la Picardie pour essayer de reconstituer le réseau. Ils entendirent parler d'un officier Canadien qui était déjà passé par là, enrôlant des recrues en promettant des armes et des munitions de la part des Anglais. C'était Joseph Placke, l'adjoint de Goetz à la section radio de l'avenue Foch, jouant le rôle de l'infortuné Pickersgill que l'on avait chargé de mettre sur pied un réseau connu sous le nom d'archdeacon.

            La tâche de Placke n'était pas bien difficile. Non seulement la radio de Macalister qui avait été prise dans le coffre de la voiture de Culioli était en parfait état de marche, mais les codes et les "security checks" étaient gracieusement mis par écrit, en clair. De plus, il n'y avait pas d'enregistrement de transmissions antérieures pour caractériser le doigté de l'opérateur. Pendant la plus grande partie de l'année, des parachutage à grande échelle destinés à archdeacon, dans le nord de la Lorraine, furent récupérés par des comités de réception constitués de résistants locaux organisés par Placke qui avait un Français correct et un Anglais assez correct pour des Français. Placke fournissait également les camions qui subtilisaient les armes et les munitions des mains des locaux. Ces camions étaient naturellement conduits par des Allemands en civil et dirigés vers des entrepôts Allemands. Londres envoya un instructeur en sabotage et six agents dans les mains de Placke avant que des soupçons ne naissent finalement à Baker street du fait que les nouveaux agents n'envoyaient pas à leur arrivée des messages de sécurité qui avaient été convenus verbalement. C'était en Mai 44.

            Quand Weil s'était réfugié en Suisse, en Automne 43, il avait donné à Sonia toutes les informations sur les contacts du réseau et lui avait dit que Londres enverrait un agent au pseudonyme de Tiburce pour remplacer Guy. Il devait arriver en février, et une fois qu'il l'aurait contactée et qu'elle lui aurait transmis toutes les affaires du réseau, elle pourrait partir.

            Baker street envoya bien un remplaçant pour Guy, mais il fut reçu par un comité de réception contrôlé par Placke. Sonia fut contactée à la mi-janvier et donna rendez-vous au nouvel agent le 21 janvier. Elle dit à sa mère qu'ils pourraient bientôt mettre sur pied un plan de fuite, mais Madame Olschanezky trouvait bizarre que Londres envoyât quelqu'un avant la date convenue. Elle insista pour que Sonia n'honorât point le second rendez-vous sans prendre les instructions de Londres. Mais Sonia n'avait plus personne dans son entourage, à qui elle put  demander d'envoyer un message. Aussi déclina-t-elle donc la proposition de sa mère et lui dit qu'elle avait maintenant assez d'expérience pour déceler ce qui ne collait pas. Elles se mirent d'accord pour que la mère accompagnât la fille jusqu'à proximité du restaurant où la rencontre devait avoir lieu et l'attendit à un café voisin.

 

Haut de page

 

L'arrestation de Sonia

 

            Le 21 janvier, Sonia arriva comme convenu au Soleil d'or, place de la Trinité. C'était une journée printanière et elle attendit l'homme sur la terrasse. Il arriva avec 3 acolytes dans une traction noire.

            Quand une heure se fut passée sans que Sonia ne revienne,  Madame Olschanezky alla au restaurant et demanda à un garçon s'il avait vu une jeune femme dont elle donna la description. Oui, il se souvenait, elle était partie avec plusieurs messieurs. Madame Olschanezky comprit que cela ne pouvait signifier qu'une seule chose. Elle se précipita pour prévenir Enoch et lui conseilla de ne pas aller travailler ce soir. Il avait laissé des papiers importants dans son casier, au club et il promit qu'il ne ferait que récupérer ces papiers et qu'il rentrerait sitôt après. Mais il ne rentra pas.  Lorsqu'il arriva au cabaret, le patron lui dit que quelqu'un l'avait cherché, n'avait pas laissé de messages, mais rappellerait plus tard. Enoch pensa que ce quelqu'un avait peut-être des nouvelles de Sonia, et, après réflexion, il décida de rester encore un peu. A une heure du matin, les Allemands firent irruption, pistolets aux poings et l'embarquèrent. Il ne revint jamais d'Auschwitz. Les conditions de transport de son convoi étaient telles que sur 1500 hommes, femmes et enfants, seulement soixante quinze arrivèrent vivants à Auschwitz.

            Selon Serge Olschanezky, un vieux copain d'école d'Enoch avait aussi travaillé dans le réseau juggler. Quand Enoch fut arrêté au cabaret et embarqué dans la voiture de la Gestapo, son ami était déjà sur la banquette arrière, et ils furent menottés ensemble. Après la guerre, Serge rencontra Weil et l'ami de son frère que Weil accusa d'être responsable de l'arrestation de Sonia et d'Enoch. Il avait été au premier rendez-vous de Sonia avec l'envoyé de Londres, et Weil l'accusa d'avoir mentionné des noms, entre autres celui d'Enoch, pour se faire mousser auprès de l'officier anglais et lui faire croire que c'était lui, et non pas Sonia qui était le chef après le départ de Weil. Le fait que l'ami ait survécu et qu'il n'ait pas été déporté semblait plaider définitivement contre lui aux yeux de Weil. L'homme mettait l'accent sur le fait qu'il s'était échappé du camp à Compiègne. Finalement, aucune action ne fut engagée contre lui.

            Pendant qu'Enoch attendait des nouvelles de sa sœur, Sonia avait déjà été emmenée à Fresnes où elle avait retrouvée Andrée Borrel qu'elle avait déjà rencontrée, ainsi que les six autres femmes avec lesquelles elle ferait le voyage à Karlsruhe. Kieffer qui avait reçu des instructions de Berlin pour les transférer en Allemagne avait opté pour Karlsruhe parce que c'était sa ville natale où il avait été membre de la police normale et où il avait encore de la famille. Peut-être a-t-il pensé à les sauver, ou à se servir d'eux comme otages quand le vent tournerait. Si c'est le cas, alors ils n'avait pas compté sur le zèle des fonctionnaires de la prison à attirer l'attention de ses supérieurs du RSHA à Berlin. Ils demandèrent des éclaircissements sur la situation irrégulière de ces femmes en "détention préventive" dans ce qui était une prison civile ordinaire. La réponse tomba: Elle devaient être transférées à Natzweiler pour "traitement spécial".

Haut de page

Natzweiler

 

Il n'était pas clair pourquoi les agents féminins de la section F avaient été transférés de Fresnes à la prison de femmes de Karlsruhe, bien qu'il apparut plus tard que le transfert avait pu être une commodité pour celui qui les avaient en charge à Paris: Il avait une maison et de la famille à Karlsruhe. En tous cas, la Gestapo de Karlsruhe reçut des instructions du quartier général de Berlin (RSHA) de prendre livraison de huit prisonnières militaires britanniques et de les garder en "détention préventive" dans des cellules séparées. Ce n'était pas très régulier, car la prison en question était une prison civile, et après plusieurs semaines, le directeur de la prison, pour des raisons d'efficacité et de régularité demanda à son supérieur, le gouverneur de la prison, des éclaircissements sur ce qu'il convenait de faire de ces prisonniers atypiques. Ce dernier s'adressa à la Gestapo locale, et de là partit une lettre au RSHA demandant ce qu'il fallait faire de ces femmes. En réponse, un télex donnait des instructions à la suite desquelles quatre de ces femmes furent envoyées à Natzweiler. Environ une semaine plus tard, une autre femme fut envoyée à Ravensbrück et deux mois après, les trois dernières furent envoyées à Dachau (Yolande Beekman, Madeleine Damerment et Eliane Plewman). Un des hommes de la Gestapo qui convoyait les femmes à Natzweiler déclara plus tard qu'il leur avait dit qu'elles étaient dirigées sur un camp pour faire des travaux agricoles.

C'était le 6 juillet, un mois après le jour J. Pendant le voyage, les femmes discutaient en anglais. Elles avaient de bonnes raisons d'espérer que la fin de la guerre était proche et qu'elles seraient alors libérées. Aussi accueillirent-elles favorablement la perspective d'aller à la campagne pour travailler dans des fermes avant d'être rapatriées.

 

C'est à Vera Atkins, une proche collaboratrice de Buckmaster, le chef de la section F du SOE que l'on doit d'avoir mener l'enquête en 1946 sur les 4 femmes du SOE qui terminèrent leurs jours à Natzweiler: Andrée Borel, Vera Leigh, Diana Rowden et Sonia Olchanezsky, mais Vera Atkins n'identifia que les 3 premières. Ce n'est qu'en 1956 que deux journalistes anglais, Anthony Terry et Elizabeth Nicholas identifièrent la quatrième victime comme Sonia Olchanezsky. Vera Atkins s'était mise sur la piste des agents disparus et avait interrogé nombre d'anciens fonctionnaires des camps de concentration. La piste l'avait conduite successivement des geôles françaises aux prisons allemandes, et finalement jusqu'aux camps qui avaient été la destination finale des agents disparus: Mathausen, Dachau, Buchenwald, Natzweiler, Ravensbrück. A Natzweiler, Vera Atkins recueillit notamment les témoignages d'Albert Guérisse, un mèdecin belge prisonnier politique employé à l'infirmerie et Frantz Berg, un prisonnier de droit commun, préposé à l'entretien du four crématoire.

A Nüremberg, on avait jugé les principaux architectes de la terreur systématique qui avait submergé l'Europe et de l'holocauste qui avait détruit des millions d'innocents, hommes, femmes et enfants. Et puis d'autres procès plus spécifiques eurent lieu, pour juger les individus accusés de l'exécution des crimes qui faisaient partie des procédures de routine pour les SS. Un de ces procès concerna les hommes qui avaient dirigé le camp de Natzweiler à l'époque où les quatre femmes  du SOE y furent conduites. Le procès de Natzweiler se tint au jardin zoologique de Wuppertal. Le dossier d'accusation avait été instruit par le squadron officer (commandant) Vera Atkins et par le major Bill Barkworth du SAS War Crimes Investigation Team.

            Dans le camp de Struthof-Natzweiler, la chambre à gaz est à part. Elle fut installée en août 1943, dans une maison rustique, un ancien restaurant, qui avait été complètement rénové pour cet usage. le gaz mortel fut administré à 87 juifs, 57 hommes et 30 femmes, qui furent sélectionnés pour être transférés d'Auschwitz en France, pour "expérimentation médicale".

Le camp de Struthof-Natzweiler est à quelques minutes de là, le long de la route de montagne. Natzweiler fut un camp pour hommes. Les trois ou quatre mille prisonniers de Natzweiler étaient des "politiques", Polonais, Russes ou Français pour la plupart. Les trente femmes qui furent amenées là comme cobayes humains pour y  être asphyxiées dans la chambre à gaz, à l'extérieur du camp n'ont jamais vécu dans le camp. L'arrivée des 4 femmes du SOE ne passa pas donc inaperçue aux yeux des témoins de Vera Atkins.

Vers six heures du soir les quatre femmes arrivèrent au camp. Straub, l'officier SS responsable du crématorium, demanda à Berg, un prisonnier de droit commun chargé de l'entretien du four crématoire, que le four soit chauffé au maximum vers neuf heures trente et de déguerpir ensuite. Il dit également à Berg qu'un docteur allait descendre pour faire des injections. A neuf heures trente, Berg était encore en train de s'occuper du feu quand Peter Straub arriva, suivi du docteur SS qui était arrivé avec le commandant du camp Hartjensen d'Auschwitz. Le docteur en uniforme chassa Berg de la salle du fourneau. Ce dernier alla dans une chambre du crématorium qu'il partageait avec deux autres prisonniers, et quelques minutes plus tard, le commandant et son adjudant inspectèrent la chambre pour voir si nous dormions tous. Berg fit semblant de dormir. Alors la porte fut fermée de l'extérieur. Une petite fenêtre au-dessus de la porte permettait au prisonnier qui occupait la plus haute couchette de voir le couloir, à l'extérieur de la chambre. "Ils amènent une femme par le couloir…" dit-il à ses camarades de chambrée qui entendaient des voix dans la chambre voisine, ainsi que le bruit d'un corps traîné sur le sol. Le prisonnier de la couchette supérieure pouvait voir des gens traîner quelque chose sur le sol qui était en-dessous de son angle de vision. Au même moment où ce corps était emporté, tous entendaient le bruit d'une respiration bruyante combiné avec un faible gémissement.

Les deux femmes suivantes furent aussi observées à travers la fenêtre et les mêmes bruits, les mêmes gémissements réguliers furent entendus quand les femmes sans connaissance étaient tirées dehors. Cependant, la quatrième résista dans le couloir. Elle disait Pourquoi ? Le docteur en civil répondit Pour typhus. On entendit le bruit d'une bagarre et les pleurs étouffés d'une femme. On pouvait deviner que quelqu'un mettait sa main sur sa bouche. La femme fut finalement traînée dehors, comme les autres. Elle gémissait plus fort que les autres... Quand les autorités furent parties, Berg et ses collègues allèrent au four du crématorium, et ils virent à l'intérieur quatre corps carbonisés. Le matin suivant, dans le cadre de ma besogne quotidienne, Berg alla nettoyé les cendres du four, il vit une jarretelle rose près du four.

Malgré l'interdiction sous peine de mort qui était faite, cette nuit là, de regarder par la fenêtre, , il réussit à voir de la fenêtre de l'infirmerie les quatre femmes  aller vers le crématorium, l'une après l'autre. La première allait et deux ou trois minutes plus tard, une autre venait. Chaque fois que la porte du four était ouverte, les flammes sortaient de la cheminée, cela voulait dire qu'un corps avait été introduit dans le four. Le docteur vit quatre fois les flammes sortir de la cheminée.

 

Haut de page