PNQ 2M SFR


le site EdC

 

HISTOIRE DE LA CSF SOUS L'OCCUPATION


(Création 11 avril 2010

dernière mise à jour 6 janvier 2015)

 

 Accueil site EdC

L'auteur

Goniomètre SFR germanisé (décembre 1940)


Présentation
Le livre
Annexes et documents BonusDocuments connexes Liens
Pour les informations recueillies après 2013, voir la page Bonus ( Les STO de Zehlendorf, la radioélectricité en septembre 1944, Paris et Lyon, Maurice Pallas)

2010-2012, la gestation

La CSF, qu'est-ce que c'est ?

Quand j'ai commencé  à m'intéresser à l'histoire de la CSF, j'ai rédigé à titre d'exercice, cet article de wikipédia:  Compagnie générale de Télégraphie sans fil.  Pas la peine donc que je recopie l'article sur ce site, il est très bien sur wikipédia avec plein de liens intéressants.

En 2010, j'ai commencé une recherche sur l'histoire de la CSF sous l'Occupation,

Le but de ma recherche est de savoir comment la CSF qui s'appelait en fait la Compagnie Générale de Télégraphie Sans Fil ainsi que sa principale filiale, la SFR (Société Française Radio-électrique) ont vécu la période de l'occupation: Quelle production ? quelles relations avec les Allemands ? Quelles relations avec Vichy ? etc... Hervé Joly , directeur de recherches au CNRS-LARHRA, à Lyon a accepté de m'aider et de suivre mes recherches. Au groupe Histoire de l'AICPRAT, j'ai trouvé une petite communauté d'amateurs qui s'intéressent à l'histoire des sociétés parentes de l'actuel groupe Thales. La chasse au trésor dans les différents fonds d'archives m'a permis de proposer aux éditeurs un manuscrit dans le courant 2012. Finalement, le livre parait en novembre 2012 chez L'Harmattan.


Novembre 2012, "la Radioélectricité en France sous l'Occupation"


Couverture_radioelectricite_sous_l'occupationLA RADIOÉLECTRICITÉ EN FRANCE SOUS L'OCCUPATION
La Compagnie de télégraphie sans fil, enfance du groupe Thales

L'histoire des entreprises n'est pas périphérique dans l'histoire de la domination allemande sur la France de juin 1940 à août 1944. Au contraire, elle y est centrale. Les Allemands ont pu exploiter la France en y prélevant un tribut avec lequel ils payaient les entreprises qui se sont avérées de merveilleuses machines à collaborer.

La Compagnie générale de télégraphie sans fil, ou CSF, est l'ancêtre du groupe Thales. Pionnière de la radio et du radar, avec sa filiale historique, la Société française de radioélectricité (SFR), elle fut une étoile dans la nuit noire du déclin scientifique français. La période de l'Occupation ne freina pas son expansion. Ce livre raconte comment, sous la tutelle de la société allemande Telefunken, la CSF et la SFR traversèrent les années d'occupation en produisant massivement pour l'armement allemand.

Paradoxe de cette époque complexe, la SFR qui collabora plus que la moyenne à l'effort de guerre allemand fit bénéficier l'ensemble de ses employés, y compris les Juifs, les réfractaires du STO et les résistants, d'une protection supérieure à la moyenne.

Prix: 26 €, ISBN: 9782336001968

Pour commander le livre, il faut s'adresser à son libraire préféré avec  les références.

Pour entrer en relation avec l'auteur:      emmanuel.dechambost/arobaz/yahoo.fr

Pour les informations recueillies après la publication du livre, voir la page Bonus


Table des matières
1 Un gant de velours.......................................................................................5
2 Leçon de rattrapage .....................................................................................9
3 Entrée en guerre et repliement ...................................................................17
4 Histoires de Radars....................................................................................31
5 Nouveaux Clients (Juin-décembre 1940)....................................................45
6 La normalisation........................................................................................59
7 La longue marche des moscoutaires...........................................................79
8 Capital, profits, salaires..............................................................................87
9 Levallois-Perret, 55, rue Greffuhle, ...........................................................97
10 Les usines de Lyon et d'Alger.................................................................107
11 Études et recherches...............................................................................117
12 Le chef Girardeau..................................................................................127
13 Cholet....................................................................................................135
14 STO et requis de Zehlendorf..................................................................151
15 Les bons comptes font les bons amis......................................................161
16 La fin de l'épisode allemand...................................................................165
17 Résistances............................................................................................171
18 Les cousines...........................................................................................189
19 Un procès à huis-clos.............................................................................199
20 La guerre est finie..................................................................................207
21 Et les autres ?.........................................................................................217
22 Conclusion.............................................................................................227
Annexe 1: Bilan chiffré des années d'occupation.........................................233
Autres Annexes...........................................................................................243
Remerciements...........................................................................................245

Haut-de Page

Annexes, compléments et documents en ligne

 Annexes, telles qu'elles apparaissent dans le livre

Annexe 2 : Personnes concernées par les commandes Telefunken en octobre 1941
Annexe 3 : Les autorisations allemandes mai-juin 1941
Annexe 4 : Liste des sous-traitants de la SFR
Annexe 5 : Brevets et publications de la CSF et de la SFR
Annexe 6 : Le portefeuille de la CSF
Annexe 7 : Actionnaires et administrateurs
Annexe 8 : Le catalogue de 1945
Annexe 9 : Présentation du programme de formation interne, par Émile Girardeau, octobre 1941.
Annexe 10 : Procès-verbaux du comité de sécurité de la SFR Cholet
Annexe 11: Les contrôles de l'ingénieur Thies
Annexe 12: Budget d'une famille du Maine-et-Loire en 1941, selon Déaud

Compléments et développements divers

Histoire de la CSF avant 1939
L'usine SFR de Cholet
L'ondulateur Ultrarapid
Le communiste Maurice Pallas
L'usine SFR de Levallois, 55, rue Greffülhe.
Les camouflages du commandant Labat.
La production des usines SFR de Lyon et d'Alger pour les armées françaises.
Pierre Grivet et le microscope électronique (1941-1944)
Matériel produit par la SFR (1940-1944)
Les contrôles de l'ingénieur Thies à Cholet.
Requis de la SFR pour le travail en Allemagne: un dénombrement.

La résistance de Pierre Viennot.
Résistances: Jean Fleury et Electre.
Communistes dans le Choletais
Robert et Geneviève Tabouis.

Radio-France sous l'Occupation.
La SIF de Malakoff sous l'Occupation
Radio-cinéma sous l'Occupation
Radiotechnique sous l'Occupation

Instruction contre Girardeau et Brenot (1945-1949)

Peugeot sous l'Occupation.
Philips Eindhoven sous l'Occupation
LMT sous l'occupation
Les entreprises radioélectriques françaises dans la Bataille de l'Atlantique.

Dictionnaire des noms propres.
Bibliographie et ressources archivistiques.

Sujet connexe (mis en ligne mars 2014)

Le groupe ITT pendant la Seconde Guerre mondiale

Documents relatifs à la CSF

"La radio populaire", une série de 4 conférences de Paul Brenot (1941)  (pdf, 8 Mo)

En 1941, la CSF et la SFR, qui était sa principale filiale entreprit une vaste action de formation pour les différentes catégories de personnel. Pour le niveau élémentaire (employés et ouvriers, Paul Brenot, directeur technique, fut chargé un cycle de 4 conférences pour le niveau élémentaires, "la radio populaire". Encore très utile pour ceux qui veulent s'initer aux fondements de la radio et à l'histoire de l'enfance de la radio, qui, en 1941, n'avait guère plus de trente ans pour les applications de télégraphie et n'avait vraiment pénétré dans les foyers qu'à partir de 1930.

Catalogue SFR 1945   (pdf, 10 Mo)

En 1945, en partie pour redorer son image en mettant en avant l'innovation technologique résultant de la poursuite des efforts de recherche pendant l'occupation, la SFR édita une brochure "Quelques réalisations récentes de la Société Radio-Électrique"  présentant une série de 21 produits, aussi bien des systèmes de multiplexage que des composants comme des pendodes de puissance.

Haut-de Page

Documents connexes

 Mon travail sur la CSF pendant l'occupation m'a fait découvrir des documents touchant des sujets connexes au mien, ou bien m'a mis en relation avec des personnes ayant écrit sur des sujets connexes

La collaboration économique en France vue par le Dr Elmar Michel en 1942

Le Dr Elmar Michel était directeur du service économique auprès de la Militär befehlshaber in Frankreich (MBF), autrementdit les autorités d'occupation en France. Son point de vue sur la collaboration économique en France, exprimé dans un journal financier allemand, est évidemment très intéressant, mais on doit évidemment supposer que le dr Michel peut avoir toutes sortes d'arrières pensées autre que de défendre un point de vue: Se faire mousser, aller dans le sens de tel ou tel dignitaire nazi, ne pas trop offusquer les amis Français, ou au contraire les provoquer etc...

«  La résistance du Groupement des Contrôles Radioélectriques (GCR) et du Service des Transmissions Nationales (STN), 1940-1945 » (pdf, 1 Mo)

par François Romon, bulletin de l'Unatrans, janvier 2010


Quand on s'intéresse aux questions de radioélectricité en France à l'époque de la Seconde Guerre mondiale, on rencontre vite le commandant Labat t (Voir sa notice dans wikipédia), qui, entre autres, dirigeait avec son adjoint Gabriel Romon, le Groupement des Contrôles Radioélectriques (GCR). On doit la meilleure reconstitution de l'histoire de ce GCR au fils de Gabriel Romon, qui a eu l'amabilité de bien vouloir que sa publication soit en ligne sur ce site.

«  Rapport de l'état-major anglais au premier ministre considérant l'éventualité d'un effondrement français, 25 mai 1940» (pdf, 0,5 Mo)


Ce document de 23 pages est la retranscription d'un rapport commandé par le premier ministre Winston Churchill aux chefs d'état-major britannique pour prendre en considération l'éventualité d'un effondrement français. Ce document est tout à fait passionnant parce qu'il permet de comprendre l'état d'esprit des dirigeants Anglais à cette période cruciale pour eux et pour le monde. De façon anecdotique, on remarquera, que même pour un rapport  "Most secret" destiné au War Cabinet, c'est-à-dire au conseil des ministres restreint, le black-out concernant l'existence du radar britannique est observé, y compris dans les paragraphes touchant à la défense aérienne. Ceci nous fait penser aux conditions dans lesquelles Maurice Ponte a été reçu en Angleterre aux alentours du 8 mai  (Chapitre 4, histoire de radars.)




Liens

Liens sur l'histoire de la CSF
Haut-de Page